Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le labyrinthe - 7

Le labyrinthe - 7

Le monde est truffé de maquis. Que balaie l'œil des satellites Se sublimer - passer de l'état solide à l'état gazeux L'odeur de la garrigue Le crime de penser n'entraîne pas la mort ... G.Orwell

Lire la suite

Le labyrinthe - 6

Le labyrinthe - 6

C. avait été éprouvée par sa dernière plaidoirie. Elle était convaincue de l'innocence de son client. Mais elle était la seule. aux moments de crise, ce n'est pas contre un ennemi extérieur qu'on lutte, mais toujours contre son propre corps. G.Orwell

Lire la suite

Le labyrinthe - 5

Le labyrinthe - 5

Il pensait à l'eau. Dans son dernier roman, elle avait écrit en guise d'épigraphe : « Se fondre dans l'eau dormante des marais Se perdre. Etre le reflet. Seulement le reflet. Plus besoin d'identité ... » One egg G.Orwell

Lire la suite

Le labyrinthe - 4

Quand L. quittait son refuge, il ne savait pas toujours où mener ses recherches. C. était si imprévisible quand elle sombrait. Le fascisme, après tout, n'est qu'un développement du capitalisme, et la démocratie la plus libérale - comme on dit - est prête...

Lire la suite

Le labyrinthe - 3

Le labyrinthe - 3

La ville ne présentait pas une épreuve. Elle était leur seconde peau. L. était persuadé qu'elle ne s'y était pas abritée. Toutes ces fenêtres n'étaient pas compatibles avec sa paranoïa. En raison du besoin absolu de conformité qui caractérise les animaux...

Lire la suite

Le labyrinthe - 2

Le labyrinthe - 2

L. et P. avaient fouillé dans les moindres recoins. Faisant fi de la saleté ordonnée des lieux. Le message était clair. Le lieu incertain. Pourtant ils commenceraient par là. C. y avait déjà séjourné. Par défi. Pratiqué avec sérieux, le sport n'a rien...

Lire la suite

Le labyrinthe - 1

Le labyrinthe - 1

Sur le pas de la porte ils savaient déjà que les choses ne seraient pas simples. Le langage politique est destiné à re ndre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres, et à donner l' a pparence de la solidité à ce qui n'est que vent G.Or...

Lire la suite

Autofiction

La respiration du mandarin devient de plus en plus furtive. C'est la fin. Sa fin. Dans la chambre, le défilé. Ceux qu'il a aimés. Ceux dont il n'a pas voulu. Impuissant. Il est devenu impuissant. Pourtant il a encore envie de faire un esclandre. Un dernier....

Lire la suite

1 2 3 > >>